Les enfants et l’Aïkibudo

« L’Aïkibudo est une école de vie dont le contenu est de nature à participer à l’édification d’un adulte apte à s’adapter au monde dans lequel l’enfant devra vivre. La pratique de notre art requiert de la persévérance, de la remise en question, de la discipline. Il enseigne le partage, le respect, l’acceptation de l’autre. » : ainsi s’exprimait Maître Alain Floquet en parlant des vertus éducatives de l’Aïkibudo.*

démonstration enfants au Maroc

Notre art, tout comme l’Aïkido ou le Kinomichi, demande en effet beaucoup de travail et d’opiniâtreté, ce qui est de nature à participer à la formation d’un enfant. L’Aïkibudo est une école de vie, dans laquelle les enfants trouvent le goût de l’effort, de l’humilité, dans des séquences où le partenaire participe à sa propre progression. Le partage et le respect de l’autre sont indispensables pour franchir les étapes. C’est en cela que l’Aïkibudo concourt à la formation d’un être tolérant, respectueux et disponible.

À l’inverse, les enfants nous renvoient par leurs émotions, leur joie et leur fierté de pratiquer, un immense bonheur. Animer un cours enfant est pour le professeur une tâche loin d’être évidente. Tous les professeurs de cours enfants ont en commun des qualités de patience, de bienveillance et de tolérance. Il faut à la fois allier les mêmes règles strictes du Reijiki que celles des adultes et en même temps laisser l’aspect ludique de la pratique pouvoir s’exprimer pleinement.

Le salut installe le calme et la concentration. L’échauffement peut très bien être le même que celui des adultes, en insistant sur les exercices de coordination et de latéralisation, mais en excluant les activités de musculation, abdominaux ou tractions.

Vient ensuite l’apprentissage des techniques, c’est un moment très attendu ! La douceur et la souplesse sont ici de rigueur. La mission pédagogique du professeur est déterminante, car les capacités de reproduction sont souvent limitées. En décomposant phase par phase, l’enfant peut ainsi évoluer aisément de l’attaque à la chute en étant toujours fortement encadré et dirigé.

En fin de cours, des katas historiques, comme Happoken kata ou Tsuki Uchi no kata, trouvent parfaitement leur place.

Les enfants ont besoin d’être valorisés et encouragés, aussi n’oublions pas de créer des situations de démonstrations, au cours desquelles le professeur insistera, par des félicitations, sur les aspects positifs de la prestation.

« Pour un enseignant, il n’est d’égal bonheur que celui d’un enfant qui, venant à sa rencontre, s’avance, hésitant, tenant dans sa main un papier plié, une enveloppe ou encore un petit paquet, que l’enfant lui tend timidement. Les yeux grands ouverts, l’enfant voir jaillir sur le visage de son professeur un éclair de bonheur à l’instant où il ouvre le présent. Ce regard innocent est, à cet instant, de joie et de fierté. Son ÊTRE déborde d’intenses émotions, celle d’exister, celle d’échanger de la reconnaissance, celle de produire de l’affection, d’être reconnu. Il EST. »*

Nous avons la chance d’avoir en France et à travers le monde un grand nombre de clubs enfants, où, sous l’initiative de professeurs dynamiques, investis et créatifs, stages et démonstrations sont souvent proposés au cours de la saison. La joie, les rires, la gaité qui émanent d’un dojo sont des moments d’intense bonheur, sachant que tout cela est toujours accompagné du plus grand sérieux et de la meilleure application.

À l’issue d’un stage enfant, notre ami Dominique Blanc-Pain** déclarait : « Le sourire qui illumine leur visage est le plus beau des remerciements, la plus belle récompense ! ».

Ces enfants représentent notre avenir, et le devoir des Yudansha est d’assurer la transmission de notre art ; transmission technique bien sûr, mais aussi historique et éthique ! Nos valeurs de partage et de fraternité doivent participer à l’édification d’un monde meilleur et d’un monde en Paix.

Pour aller plus loin, nous avons à la disposition des professeurs un recueil de jeux à proposer lors d’une séance d’entraînement. Ce livret élaboré par Daniel Bensimhon, Président de la commission enfant, se décompose en quatre catégories : jeux de coopération, d’opposition, de combat et de relaxation.

De plus, le programme de référence : « Progression technique pour enfants », élaboré par Maître Floquet, permet de conduire les enfants (comme les jeunes débutants) du 6ème au 1er kyu.

*Lettre du CERA n° 34

**Dominique Blanc-Pain, organisateur et animateur de stages enfants en Île-de-France, disparu en 2019.

Les livres d’Alain Floquet

Ces livres sont disponibles dans les meilleures librairies

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Aikibudo_connaissances-fondamentales-634x1024.jpg.
« L’art martial n’a, aujourd’hui, de sens réel que s’il conduit sereinement et harmonieusement une vie jusqu’à son achèvement dans la connaissance, le partage, l’amour et la paix.
L’aïkibudo dépasse le stade de simple plaisir physique pour atteindre celui d’une science humaine et d’un art. Sa valeur dépend de celle de l’homme qui le pratique et non de l’aïkibudo lui-même. »

C’est ainsi que maître Floquet résume dans son dernier recueil, Pensées en mouvement, l’esprit et la finalité de la pratique martiale, insistant sur la voie humaniste de l’art de l’aïkibudo.

Aïkibudo, la voie de l’harmonie par la pratique martiale est l’édition réactualisée et enrichie d’un livre épuisé depuis plusieurs années. Dans cette nouvelle version, Alain Floquet présente les connaissances fondamentales de son art ainsi que le programme technique jusqu’au 1er dan.

Celui-ci apportera aux aïkibudokas confirmés de nouveaux éléments sur l’histoire de leur pratique tout en restant, pour les débutants, un outil précieux, véritable aide-mémoire les guidant dans leur évolution jusqu’à la ceinture noire.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pensees-en-mouvement.jpg.
« On ne comprend pas toujours la langue ou les propos des maîtres, mais en revanche, ce que montre leur corps est limpide comme l’eau d’une source, celui-ci a assimilé tant de choses et depuis si longtemps… »

C’est ainsi qu’en formules condensées, maître Alain Floquet, lucide et toujours passionné, nous livre le fruit d’une longue méditation sur la pratique de l’art martial et son support mouvant, en perpétuelle construction : l’union du corps et du mental.

Avec ces textes courts et percutants, le lecteur pénètre la pensée qui anime le créateur de l’aïkibudo, art du mouvement qui séduit par son alliage de puissance, d’efficacité et d’esthétique gestuelle.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est la-defense-individuelle-1-715x1024.jpg.
Dans cet ouvrage, il aborde tout d’abord le phénomène de la peur, sa cause, ses principaux effets et comment les limiter. L’auteur indique également comment se défendre en restant en harmonie avec la légitime défense, et rappelle ce que chacun devrait connaître sur les éléments du Code pénal qui la définissent, avec des exemples se rapportant aux actions de défense. Ces notions de base mises en place, il démontre les principaux atemi (coups frappés) utiles et discrets, et dénonce les frappes à grand spectacle du cinéma karaté, en indiquant comment, où et avec quoi frapper pour annihiler un adversaire, le faire renoncer à son action, ou tout simplement pour permettre l’application d’une prise (ou technique) de défense plus sophistiquée. Appréciez l’utilité vitale de cet ouvrage qui, un soir, peut vous sauver la vie par le seul souvenir de ses conseils.

Maître A.FLOQUET 9ème Dan Aïkibudo

A l’issue de l’assemblée générale de l’AIKIBUDO qui s’est tenue le samedi 12 octobre 2019 après – midi, Francisco DIAS, président de la FFAAA, a remis le grade de 9ème dan d’Aikibudo à Me Alain FLOQUET.

Ce grade avait en effet été validé par la CSDGE, dans sa session de début septembre 2019. Le comité directeur de la FFAAA-Aikibudo et les présidents des comités interdépartementaux d’Aikibudo présents, ont chaleureusement félicité Me FLOQUET.

Me Floquet a également reçu la palme d’or de la FFAAA.

album photos 40 ans du CERA